La paroisse de Song Ngoc soumise aux intimidations et provocations

Les prêtres du Vicariat Thuan Nghia

La paroisse de Song Ngoc, province Vinh, est victime d’une répression orchestrée par les autorités communistes vietnamiennes. Cette répression vise principalement les pères Nguyen Dinh Thuc et Dang Huu Nam, deux figures dans la défense des victimes de la polution industrielle causée par l’aciérie Formosa.

Afin de dénoncer cette répression rampante, plusieurs prêtres de la paroisse ont pris la plume pour écrire cette déclaration, qui sonne aussi comme un appel au secours.


Diocèse de Vinh
Vicariat forain de Thuan Nghia

Thuan Nghia, le 13 juin 2017

DÉCLARATTION

A propos des instabilités survenues récemment dans la paroisse de Song Ngoc, district de Quynh Luu.

A l’attention de :

  • Comité Populaire de la province de Nghe An
  • Office de la Sécurité Publique de la province de Nghe An
  • Comité Populaire du district de Quynh Luu
  • Service de la Sécurité Publique du district de Quynh Luu

En ce jour du 13 juin 2017, l’ensemble des prêtres et fidèles du Vicariat forain de Thuan Nghia, diocèse de Vinh exprime son point de vue à propos de la situation d’insécurité survenue récemment sur le territoire de la paroisse de Song Ngoc, district de Quynh Luu.

LES FAITS

Le 28 mai 2017, des policiers et militaires de Quynh Luu ont fait des exercices en faisant exploser des mines et tirant avec leurs armes juste devant le portail de l’église de Van Thai, où il y a une forte densité de population.

Durant les nuits du 30 et 31 mai 2017, des paroissiens de Van Thai à Song Ngoc ont été attaqués par de centaines de gens en armes qui ont détruit leurs biens personnels.

Depuis le soir du 1er juin 2017 jusqu’à ce jour, les autorités de Nghe An ont envoyé des forces policières sur place dans le but de soi-disant "stabiliser la situation de Song Ngoc".

Cependant, de nombreux problèmes qui sont survenus pendant ces derniers jours nous poussent à mettre en doute la bonne volonté des autorités dans le rétablissement de l’ordre, concrètement :

1) Des jeunes en uniforme qui foncent en motocyclettes dans les rues des villages en brandissant des drapeaux rouges frappés de l’étoile jaune, klaxonnant bruyamment, causant un vacarme inouï avec les sirènes de la police, sous l’œil indifférent de la police.

2) Les perturbations se produisent continuellement, avec des actes dangereux comme : jets de pierre visant l’église et les maisons des paroissiens en pleine nuit, jets de pierre contre les paroissiens qui gardent les locaux de la paroisse, rodéos sauvages en motocyclettes, allumage de feux tout près du village de Song Ngoc vers 2 heures du matin le 11 juin 2017…

3) Dans l’après-midi du 11 juin 2017, destruction par armes blanches des biens de M. Ngo Van Hai, du hameau 9, Son Hai, Quynh Luu, Nghe An, menaces contre sa femme et ses enfants, intimidations et mise en fuite des clients de son commerce.

4) Menaces contre les familles d’armateurs ayant des relations commerciales avec les familles catholiques.

5) Accrocher des banderoles sur la voie publique et les marchés, appelant à boycotter et expulser les prêtes Nguyen Dinh Thuc et Dang Huu Nam du district de Quynh Luu.

6) Faire du porte à porte pour pousser la population locale à signer une pétition demandant le boycott et l’expulsion des prêtres Nguyen Dinh Thuc et Dang Huu Nam du district de Quynh Luu.

CONSTATS

Avec les faits décrits plus haut, nous constatons que ces incidents sont orchestrés et se déroulent au nez de la police et des autorités locales. Clairement, les forces de sécurité publique connaissent bien ces gens qui jettent des pierres contre l’église et les maisons des paroissiens, attaquent les citoyens et détruisent les bien de la population… non seulement elles n’interviennent pas pour restaurer l’ordre selon la loi mai elles ferment les yeux, laissant le champ libre pour ces gens qui commettent des graves délits.

Bien que les autorités ont dépêché des centaines de policiers chaque nuit pour « assurer le maintien de l’ordre », mais d’un autre côté, ce sont elles qui tolèrent les agissements des délinquants, des fauteurs de troubles, des semeurs de haine et de division entre les chrétiens et le reste de la population.

Nous affirmons que la motivation profonde de cet enchaînement d’événements est de mettre la pression sur les fidèles, le Vicariat et le Diocèse afin pour réaliser ce qui est inscrit sur les banderoles, à savoir le boycott et l’expulsion des prêtres PP Nguyen Dinh Thuc et Dang Huu Nam du district de Quynh Luu.

Le complot visant à éloigner les pères Nguyen Dinh Thuc et Dang Huu Nam du district de Quynh Luu montre que les autorités veulent délibérément cacher l’ampleur de la catastrophe écologique causée par Formosa et empêcher par tous les moyens la lutte légitime de la population contre Formosa.

DECLARATION

Aux vus des faits et des constats mentionnés ci-dessus, nous, prêtres et fidèles catholiques du Vicariat forain de Thuan Nghia, demandons aux autorités de la province de Nghe An et du district de Quynh Luu de : Premièrement, mettre un terme au terrorisme physique et psychologique envers la population de la paroisse de Song Ngoc. Deuxièmement, mettre un terme aux agissements visant à semer la discorde dans la paroisse de Song Ngoc.

Troisièmement, enquêter sérieusement pour retrouver les coupables des attaques visant les catholiques au cours de ces derniers jours et les traduire en justice.

Quatrièmement, nous proposons aux autorités de la province de Nghe An d’intervenir auprès du gouvernement pour que les victimes de la catastrophe écologique causée par Formosa soient correctement indemnisées.

Le Prêtre Vicaire de Thuan Nghia
Antoine Nguyen Van Dinh
Les prêtres du Vicariat Thuan Nghia

Diffusion :

  • Les destinataires de cette déclaration
  • L’évêché de Xa Doai
  • Les prêtres du diocèse de Vinh